lundi 22 septembre 2008

Belle soirée !


Toute une soirée de slam, hier, au Lion d'Or. Salle comble, ambiance survoltée, réaction au quart de tour des spectateurs souvent partisans, spectacle chaud, beaucoup de joie, de la peine même, des surprises, beaucoup de surprises, des juges aux notes parfois opposées, un tantinet provocantes...
Et des découvertes.

Gatineau a battu Montréal, les champions en titre. Je les savais bons, j’avais déjà vu Medhi – j’en avais même parlé sur ce blog – ce n’est donc pas une totale surprise, mais avouons-le, on croyait que Montréal avec Queen-Ka et Mathieu Lippé en tête allait être imbattable (et avec leur coach !) Et non. Avouons-le, la jeune équipe de Gatineau a été brillante.
Elle affrontera Sherbrooke qui a défait Québec, avec un bon écart dans les points.

Les équipes de Gatineau et Sherbrooke se ressemblent beaucoup. Il y a par exemple plusieurs liens à faire entre Marjolaine Beauchamp et Sophie (je n’ai pas retenu son nom de famille mais je vais corriger cette lacune illico presto), deux jeunes et brillantes slameuses, joueuse-clé de leur équipe.

Demain, je serai dans la salle comme simple spectateur. Je vais me régaler.

12 commentaires:

Myriam a dit...

C'est Sophie Jeukens, et moi je trouve pas qu'elles se ressemblent tant que ça.. oui elles sont des joueuses clés de leur équipe, mais elles n'ont pas le même style ni la même approche... On aurait pu faire aussi d'autres rapprochements entre les gars...

Ce que j'ai trouvé de remarquable dans les équipes de Gatineau et Sherbrooke, c'est leur esprit d'équipe, et je crois personnellement que ça peut faire la différence en bout de ligne, car les slammeurs sont doublement motivés à faire de bon textes et de bonnes performances, chacun se soutien. J'ai perçu dans les équipes de Gatineau et Sherbrooke un grand esprit de famille et de partage. Je ne sais pas ce que Montréal en a pensé, mais j'ai trouvé aussi que ce fut une belle victoire des régions sur la poésie parfois déjà établie de Montréal et Québec. Une sorte de vent de renouveau. Bref, ce fut ma vision et mon avis sur la soirée. Et j'ai bien hâte de voir ces équipes s'affronter ce soir :)

Myriam

Audrey a dit...

Mario faisait une comparaison formelle (et non stylistique) entre les équipes.
À mon avis, il est totalement impossible de tirer quelque conclusion que ce soit sur les performances à partir des notes, car, encore une fois, les notes ont été n'importe quoi. (Pour une même personne, par exemple, une fois on a eu droit à un 6 et un 9,8...)
C'est le domaine de la subjectivité absolue.
J'aime le slam - entendre : poésie orale - Les compétitions ? Comme ça repose sur une totale subjectivité - aucun crit`re de performance, aucun critère poétique - ... (Phrase à compléter)

Imaginer un texte tout en rimes pauvres (en "é"), sans organisation, avec un tas de clichés, vous avez un slam tel qu'on en entend trop souvent.

J'aime ce que tu fais Mario, j'ai tous tes livres, mais je ne te suis plus dans cette aventure du slam. Libre à toi de continuer mais moi j'en ai assez des rimes convenues, plates et pauvres.
Quiconque a déjà lu Aragon, Baudelaire, Nelligan, Beausoleil, Daoust et (nommez-en ce ne sont pas les exemples qui manquent).

Jim Masterton a dit...

Et bien je suis bien d'accord en ce qui concerne les deux joueuses clé de Sherbrooke et Gatineau... Sophie et Marjo on beaucoup de talent de composition et d'orateur.

Néanmoins en ce qui concerne l'équipe de Montréal je ne voit absolument pas ce qui pourrait faire de Queen-K un slammeuse clé... Je l'ai entendu pour la première fois dimanche soir et je ne comprends pas le moins du monde ce qui ferait d'elle une slammeuse émérite avec la réputation qu'on lui porte. pour ce qui est de l'équipe de Québec... soit cotoyant le commentaire de Myriam, je suis d'accord avec le fait que l'esprit d'équipe, de famille n'y était pas, ce qui ne doit pas avoir aidé aux notes.
On s'entend que lorsqu'on voit une équipe arriver en scène avec un chandail fait pour l'occasion et leur nom à l'endos... c'est qu'on prend la chose à coeur, non ?

Néanmoins, à mon sens, Montréal, avec Mathieu Lippé, Sherbrooke avec Sophie et David et Gatineau avec Marjo et Mehdi... J'ai hâte de voir le résultat de ce soir... entre Sherby et Gaty...

Jim

Anonyme a dit...

À propos du commentaire de M. Jim MASTERTON et son analyse un peu courte au sujet de Queen Ka.

Bien évidemment les goûts ne se discutent. Tout plein de gens aiment le beurre d'arachide; moi je déteste !

En ce qui concerne Queen Ka, pour avoir "compétionné" avec elle et après avoir assisté à de nombreuses reprises à ses performances je vais partager avec vous ce que je pense:

Elle a un talent exceptionnel. Ses textes sont riches en images et émotions, les thèmes abordés souvent percutants. Son interpétation théatrale est juste, rarement égalée par ses pairs et toujours empreinte de sincérité.

Il est facile de critiquer mais beaucoup moins de performer en public.

Peut-être aurons-nous la chance, d'entendre un jour une performance de M. MASTERTON et d'en faire une critique constructive ?

Benoit Ponton

Mario Cholette a dit...

Il y a de l'action sur mon blog ! J'aime ça ! En autant que ça déborde pas trop.

Rappelons-nous que le slam n'a rien d'une science. Rien n'est exact, ou exactement observable.

Myriam a dit...

Pour ce qui est de Queen Ka et du commentaire de M. Ponton, je crois qu'il est important de comprendre que M. Masterton ne l'a entendu qu'une seule fois (tout comme moi) et que cette performance de dimanche soir, bien qu'intense, ne faisait peut-être pas bien comprendre à tous ceux qui ne l'avaient jamais vu performer en quoi elle "surpassait" celle des autres slammeurs compétitionneurs. Je crois que nous sommes dans un domaine de subjectivité et qu'il est dommage qu'on s'en prenne à quelqu'un sous prétexte que il ne ferait que parler, et non slammer. Le Slam n'est pas présent qu'à Montréal, et les Slammeurs Slamment ailleurs qu'à Montréal : ce que je veux dire, c'est que M. Ponton n'en sait rien si M. Masterton a déjà Slammé, et qui connaît, à Montréal, les dizaines de Slammeurs qui ont investi le Slam Sherbrookois? Et ceux de Québec? Et ceux de Gatineau?

Enfin, je crois que moi aussi je suis attachée aux Slammeurs que j'aime, mais que chacun est libre d'aimer qui il veut, et de partager son reflet. Moi aussi je ne me suis pas sentie traversée par la performance de Queen Ka, et c'est dommage, mais ça n'en fait pas quelqu'un de moins bon et de moins pertinent.. il en faut pour tous les goûts, dans le Slam. Et pour toutes les régions du Québec...

Paix.. :)

Myriam

Anonyme a dit...

"Chill" la liberté d'expression !

Comme suite aux propos de Mme. Myriam.

À mon avis, un des aspects intéressant dans l'écriture des autres, particulièrement en poésie, c'est que ce qu'on y voit n'a souvent que peu ou aucun rapport avec ce qui est écrit.

Je vais analyser ce que j'ai dit:
1er par.: l'analyse est une peu courte;
2e par.: je n'aime pas le beurre d'arachides;
3e par.: je vais vous dire ce que je pense de Queen Ka;
4e par.: je vous dis ce que je pense de Queen Ka;
5e par.: comparaison générale critique vs. performance;
6e par.: j'aimerais entendre M. Masterton pour en faire une critique constructive.

S.v.p. veuillez me signaler tout sous-entendu ou allusion malveillante (que vous voyez) dans ce que j'ai écrit.

"Miroir, miroir, dis-moi..."

Benoit Ponton

Anonyme a dit...

Moé là je suis tellement reconnaissante d'avoir pu vivre cette rencontre, Grand Slam, grand prétexte pour dépasser nos limites, explorer carrément des nouvelles gammes d'émotions au-delà de la musique des mots. Vous pensez que ça arrive souvent dans une vie de se faire BLASTER (je dirais même FLABERGASTER) des poésies formidables sur la gueule pendant plus de 2hrs. Nombre de spectateurs ont eu du mal à dormir après ces spectacles déchaînés.

Ben oui l'aspect compétitif du Slam dérange. Les règlements, les juges, ben oui. C'est juste un jeu on est des fous qui se droguent avec l'amour de la parole vivante, c'est très sain tout ça. Bon des fois on se chicane un peu, on questionne. OUIS PIS! Depuis 2 ans j'ai rencontré tellement d'artiste de la parole que ça me sort par les oreille, Je vous AIME tous! Je suis une junkie de la poésie s'tie. Restons OUVERTS: à l'imprévu, à l'aléatoire, au j'aime ça j'aime pas ça, au n'importe quoi, au 5.2 ou au 9.9., à la mauvaise humeur des juges, à la météo, aux réactions du public. Yohoo! Une égratignure d'égo c'est pas la fin du monde là, on se calme le ponpon, c'pas ça qui va nous tuer. Les règlements sont là pour rester, ce qui compte c'est l'audace et la sincérité qui nous habitent sur la scène, les mots, les mots, la parole qui fesse ou qui caresse. Entoucas moi j'ai vendu mon âme au slam, j'en suis folle...
Peace

Isabelle St-Pierre, finaliste 2008

Queen KA a dit...

wow!!.. je viens de lire les commentaires...
J'ai passé un magnifique grand slam moi !!
J'ai eu la chance de refaire des textes mardi alors que je pensais avoir fini la saison:)

Quand je suis allée à Sherbrook au mois de novembre l'an dernier je me souviens d'avoir été touché et extrement heureuse d'entendre la qualité des slams de cette ville. ( mes prédictions étaient juste: - Sherbrook en équipe et Lippé en solo!!)

Je ne me considère aucunement une "slammeuse clé" puisque de toute façon les votes sont subjectifs et que comme les styles de slam sont tellement diversifiés ( dieu merci!) on en a pour tous les goûts.

M. Masterton je crois que vous aviez trop d'attentes à mon égard..
Faut faire attention à ces histoires de réputations on est toujours déçu :)

Dimanche, j'ai slammé mes textes avec un grand sentiment de satisfaction et de plaisir.
Mais surtout, je suis extrêmement fière d'avoir entendu et d'avoir partagé la scène avec des femmes d'une grande richesse poétique qui m'ont faites rire, réfléchir, donner la chair de poule à plusieurs reprises, et surtout inspirées.
Pour moi en bout de ligne c'est ça le grand slam.

ps. Bravo au gars aussi là :P

Marie-Paule Grimaldi a dit...

J'appuie totalement les commentaires d'Isabelle et Queen Ka.
Le slam est une tribune à la parole vivante toute empreinte de poésie, parfois facile, parfois recherchée, ainsi qu'un lieu de rencontre.
Je suis fatiguée d'entendre que certain auront la victoire plus facile, parce qu'on ne gagne rien au slam, rien du tout, les soirées sont presque toutes différentes, les juges aussi, et dans cette grande mascarade, qu'on peut nommer loto, le gros lot est l'ensemble du spectacle. Je suis fatiguée d'entendre que l'on veut quitter le slam si la "qualité" des textes poétiques "baisse". Amène ta poésie, amène ta recherche, nous n'avons pas écrit de la poésie pour être aimé, alors si cinq personne dans une salle te donne des méchantes mauvaises notes, cela n'enlève en rien ta place sur cette scène. Le tu s'adresse à toutes personnes pouvant se sentir concernée de près ou de loin. La poésie dérange c'est tant mieux, et non le slam n'est pas du patinage artistique.
Je trouve ça bien que le slam demande l'opinion du public et invite celui-ci à s'exprimer, rarement une scène artistique ouvre réellement ce dialogue. Cette opinion ne reste qu'une opinion quand même. Je le redis, si tu slam ce n'est pas pour faire l'unanimté ni pour être aimé. Tu slam parce que tu as quelque chose à dire, quelque chose à donner et tu trip en masse.
Le slam vous touche? Tant mieux...
Marie-Paule Grimaldi

Frank Poule a dit...

Qu'on m'enterre de commentaires ('tai facile celle-là!) comme ça. En deux clics j'ai pu lire de belles réflexions sur le slam.
Ce que j'aime de certains commentaires sur ce court billet c'est qu'on voit bien que le slam c'est aussi une philosophie... que ça transcende le genre et même la pratique artistique et qu'il y a un but recherché qui est commun au public et à l'artiste.
L'essence du slam
les sens du slam
c'est les sens
Communiquer voilà!

et que dire des dames du Slam! on se demande pas pourquoi ils en ont fait un évènement mondial! http://www.wow.poetryslam.com/

Tout ça pour dire que ça fait son bout de chemin ce p'tit frère de la poésie et j'suis bien heureux de le partager avec du monde qui ont le coeur à la bonne place et des idées plein la caboche. Allez, j'retourne au travail, mais ce n'est que pour mieux s'en reparler plus tard!

Attention Mario, s'pourrait que ton blog devienne un forum! ;P

Mario Cholette a dit...

Ça en est pratiquement déjà un ! J'aime quand les idées se bousculent comme ça, et qu'il y a de l'intelligence dans les propos.
C'est vivant, ça fait penser à une réunion de famille autour de la table de cuisine (je deviens sentimental !)